L'avis d'un champion

Le revêtement réalisé en 2011 présente une surface sans défaut. Quelles que soient les conditions météo, chacun peut désormais s’exprimer sur ce parcours très technique dont la largeur varie entre 6 et 8 mètres. La pente assez faible sur la 1ère moitié du tracé s’accentue sur la seconde. Le dénivelé total est d’environ 85 mètres, soit 3,8 %.

DEPART : sur une pente très faible permet, même aux voitures peu puissantes, une accélération rapide.

50 M : 1ère courbe gauche où il faut déjà doser l’accélération pour éviter patinage et sous virage (cette courbe était particulièrement glissante sur l’ancien revêtement). On enchaîne sur une courbe droite négociée « à fond ».

150 M : freinage en déséquilibre pour une courbe gauche d’où il convient de ressortir près de la corde pour négocier un droite qui s’ouvre progressivement. Y entrer tôt et débraquer pour retrouver puissance et motricité.

150 M : freinage en fort déséquilibre pour un droite très large qui vire à plat, malgré la tentation, ne pas forcer le rythme parce qu’il conditionne une parabole où il est impératif de trouver trajectoire et équilibre. La vitesse de sortie de cette parabole est primordiale puisqu’elle débouche sur une ligne droite, pentue et longue d’environ 300 mètres.

Après un léger droite « à fond », il faut trouver le point de freinage pour un droite où il est difficile d’évaluer la bonne vitesse de passage : trop lent et c’est quelques dixièmes de perdus, trop rapide et l’on se retrouve hors trajectoire (sinon pire… !) pour enchaîner sur un gauche qui se ferme légèrement (mais sûrement).

S’en suit une ligne droite d’environ 200 mètres conduisant à l’ANCIENNE LIGNE D’ARRIVEE. La suite reste à écrire. Ce que l’on peut assurément dire au sujet de ce nouveau tronçon, c’est qu’il présente un vif intérêt technique.

On peut évoquer cette grande parabole à droite avec une vitesse d’approche très élevée précédant immédiatement un gauche ; une enfilade à sensations ; un gauche plus serré qu’il n’y paraît masquant le droite de l’arrivée. Ce dernier virage étant le plus serré depuis le départ, la ligne d’arrivée au niveau des premières habitations ne manquera, elle non plus, d’originalité…

A VIVRE !!!